Enjeux

Enjeux

Troubles associés

Un patient ayant un TDA/H peut n’avoir aucune autre difficulté notable. Mais dans nombre de cas, le syndrome est associé à des troubles de nature variée, les « troubles comorbides », et il n’est pas rare que plusieurs troubles comorbides soient présents. Les enquêtes épidémiologiques montrent qu’au moins 60 % des patients avec un TDA/H ont au moins un trouble comorbide[1].

 

Le mot «comorbide» recouvre plusieurs réalités, il peut se référer à :

- un trouble lui-même à l’origine d’un autre trouble (causalité),

- deux (ou plusieurs) troubles clairement séparables et indépendants, qui apparaissent ensemble (pas de lien de causalité),

- deux (ou plusieurs) troubles qui partagent une causalité commune.

Concernant le TDA/H et la plupart des troubles qui lui sont comorbides, ces relations restent inconnues ou bien font l’objet de recherches scientifiques.

 

Les troubles comorbides sont un aspect important du TDA/H, car les patients concernés peuvent avoir une forme plus grave de TDA/H, une altération plus grande de leur fonctionnement quotidien, et un moins bon pronostic à long terme.

La présence éventuelle de ces troubles a des implications pour le diagnostic et le traitement du TDA/H : 1) nécessité d’évaluations globales couvrant de multiples troubles psychiatriques et non psychiatriques, 2) nécessité de prises en charge des troubles comorbides parallèlement au TDA/H.

Deux risques opposés existent, tous deux sont également préjudiciables pour le patient :

1) que les troubles comorbides éclipsent le TDA/H, retardant ou empêchant son diagnostic; 2) que les troubles comorbides soient négligés une fois que le diagnostic de TDA/H est posé.

 

Ces troubles sont nombreux et de nature variée. Voici la liste de ceux qui sont classiquement cités, suivie dans « Nouvelles pistes » d’une liste de troubles dont le statut comorbide avec le TDA/H ou bien n’a été envisagé qu’assez récemment (typiquement les Troubles du spectre autistique), ou bien reste controversé (par exemple la Manie).


[1] Rommelse et al. Comorbid Problems in ADHD: Degree of Association, Shared Endophenotypes, and Formation of Distinct Subtypes. Implications for a Future DSM. J Abnorm Child Psychol. 2009 August; 37(6): 793–804 ;

Practice Parameter for the Assessment and Treatment of Children and Adolescents With Attention-Deficit/ Hyperactivity Disorder J. Am. Acad. Child Adolesc. Psychiatry, 46:7, July 2007 ;

American Psychiatric Association. Diagnostic and statistical manual of mental disorders, 5th ed. 2013.

Troubles explosifs 6200fps

Les troubles comorbides « classiques »

Plus de 40 % des patients ayant un TDA/H ont un trouble externalisé caractérisé par des comportements perturbateurs :

- le trouble oppositionnel avec provocation survient environ chez la moitié des enfants avec la présentation mixte du TDA/H, et environ un quart dans la présentation avec inattention prédominante ;

- le trouble des conduites survient chez environ un quart des enfants ou des adolescents avec la présentation mixte.

 

Une proportion significative des patients ayant un TDA/H ont à partir de l’adolescence un problème de tabagisme et de consommation de substances psychotropes aux premiers rangs desquelles l’alcool et le cannabis. Ces troubles liés aux psychotropes sont plus fréquents chez les adultes atteints de TDA/H que dans la population générale, même si ces troubles ne sont pas présents chez la majorité d’entre eux.

 

Les troubles spécifiques des apprentissages sont couramment associés au TDA/H :

- plus d’un quart des patients ont un trouble de l’apprentissage du langage écrit ;

- au moins 10 % ont une dyscalculie.

 

Les troubles de la coordination motrice affectent une minorité notable d’enfants ayant un TDA/H.

 

Les troubles anxieux et les troubles dépressifs majeurs surviennent chez une minorité de personnes atteintes du TDA/H, mais plus souvent que dans la population générale.

           

Le Trouble explosif intermittent survient chez une minorité d'adultes atteints de TDA/H, mais avec une fréquence supérieure au reste de la population.

 

Les autres troubles qui peuvent coexister avec le TDA/H comprennent le trouble obsessionnel-compulsif, les tics.

 

Chez l’adulte ayant un TDA/H, la comorbidité a beaucoup de similitudes avec celle de l’enfant, mais les troubles de la personnalité antisociale prennent une place importante, de même que les troubles thymiques (dépression) et les troubles liés à l’usage de psychotropes.

Nouvelles pistes

Les troubles sphinctériens (énurésie, encoprésie)

 

Les allergies

 

Les troubles du comportement alimentaire (boulimie, surpoids)

 

Les troubles du sommeil

 

Le trouble maniaque (et/ou bipolaire) 

 

Les troubles du spectre autistique

 

Les troubles psychotiques